Connaître les pratiques et savoirs culinaires à Bondy

Le LAB3S pilote une collaboration entre des instituts de recherche, des associations Bondynoises et la ville de Bondy pour recenser les savoirs et les pratiques culinaires détenus par les habitant.e.s, en vue de développer une filière locale d’approvisionnement (voire d’autoproduction) en fruits et légumes.


Contexte

S’approvisionner en « pickles » de gingembre et de mangues, choisir entre des bananes plantains, du chou chinois ou du gombo sur l’étalage d’une épicerie exotique, ne constituent plus une démarche originale en France. La diversité des communautés étrangères et l’engouement pour la cuisine d’ailleurs font de la région parisienne et, plus précisément, du département de la Seine-Saint-Denis un territoire particulièrement cosmopolite (avec plus de 130 nationalités) et ouvert sur le monde.


Qu'en est-il à Bondy? Y a-t-il certains légumes ou plantes couramment utilisés qui présentent un accès contraint ou limité (prix, accessibilité, qualité) ? Les habitants et acteurs de l'alimentation souhaiteraient-ils s'impliquer dans la mise en place d'une filière locale de production de légumes?


Objectifs


Le LAB3S coordonne une collaboration entre l'IRD, AgroParisTech / INRAE, le CNRS en partenariat avec la ville de Bondy et l'association La Marmite et l'entreprise sociale l'épideBri. Cette action fait suite à une première étude menée en 2018 par l'IRD et AgroParisTech qui montre qu’il est possible, en valorisant l’îlot de chaleur urbain, d’obtenir une production dans trois catégories de plantes dites "exotiques" : légume feuille de type petsaï, légume fleur de type brède mafane et légume fruit, comme le gombo.


Concevoir à terme une production in situ, sous forme de filières de production ou d’autoproduction (jardin familial, partagé, associatif) paraîtrait donc envisageable. Cette nouvelle recherche devrait permettre de valider ou non cette hypothèse, et apporter des préconisations sur la création d'une offre locale de fruits et légumes, notamment "exotiques".


Méthodologie


Cette collaboration s'inscrit dans la continuité des projets portés par l'équipe scientifique, notamment au sein de l'équipe "Agriculture Urbaine" dirigée par Christine Aubry (agronome, AgroParisTech/INRAe) et du projet Exorigins coordonné par Emilie Stoll (anthropologue, CNRS UMR URMIS) qui s'intéresse aux migrations à travers la circulation des plantes. L'équipe bénéficie également de la présence de Pierre Morand (biostatisticien, IRD UMI Résiliences) qui étudie la vulnérabilité et les capacités d'adaptation des populations du sud face au changement climatique.


L'étude est conduite par Léo Truglia, étudiant en Master 2 à AgroParisTech et stagiaire au sein du LAB3S. Il est chargé de réaliser une étude bibliographique et de recueillir les savoirs et les pratiques culinaires des habitants de Bondy et d'identifier leurs modes d'approvisionnement. Des enquêtes et des entretiens (téléphoniques, durant le confinement), des animations pédagogiques et culinaires, et un challenge de recettes bondynoises sont prévus. Une restitution de l'étude est programmée en septembre prochain.


Ce projet est possible grâce au soutien de la Chaire Agriculture Urbaine d'AgroParisTech.



À l'initiative d'Est Ensemble et de l'Institut de Recherche pour le Développement, le Laboratoire Sols Savoirs Saveurs fédère chercheurs, collectivités territoriales et acteurs de l'économie sociale et solidaire de l'Est parisien pour apporter des solutions aux défis de la transition écologique, l'agriculture urbaine et l'alimentation durable pour tous. 

Campus de l'innovation, 32 avenue Henri Varagnat 93140 Bondy l contact@lab3s.fr 

© 2020 LAB3S Sols Savoirs Saveurs