Pourquoi co-construire des connaissances pour valoriser les sols urbains en Seine-Saint-Denis ?

La Seine-Saint-Denis est confrontée à une pollution de ses sols importante due à son passé industriel et d'autres raisons. Découvrez l’origine du projet et l’importance d’améliorer la connaissance des enjeux liés aux sols urbains et plus particulièrement ceux liés à l'agriculture urbaine.



Contexte et problématiques qui touchent la Seine-Saint-Denis :


Le territoire de la Seine-Saint-Denis, anciennement surnommé « grenier de Paris » du fait de son activité maraîchère, est marqué par un lourd héritage en matière de pollution et contamination des sols, notamment en Éléments Trace Métalliques (plomb, mercure, cuivre…). La présence de ces métaux lourds, toxiques au-delà d’un certain seuil, s’explique notamment par le développement d’activités industrielles de la moitié du XIXe siècle jusqu’aux années 1970, de services automobiles (transports, garages, stations-services), ainsi que par l’utilisation d’engrais dans les sols comme les pesticides ou les boues d’épandage... Parallèlement, depuis quelques années, ce territoire connaît un développement important de jardins partagés et de projets d’agricultures urbaines. Cette pollution des sols constitue une contrainte majeure pour les associations, les habitant.e.s et jardinier.e.s qu’il faut évaluer scientifiquement pour informer les citoyen.ne.s sur les risques encourus.


Face à la montée en puissance de ces préoccupations, l’usage de ces sols pour l’agriculture urbaine s’accompagne généralement d’une étape nécessaire de dépollution des sols. Plusieurs solutions sont alors mises en œuvre qui présentent des avantages, mais aussi des limites : confinement des sols contaminés sous des couches de sol non contaminés en bacs ou hors sol ; traitement physico-chimique des sols pollués (hors site) impliquant un bilan carbone et financier lourd ; phytotechnologies, techniques plus conformes aux enjeux de la transition écologique, mais s’inscrivant dans une démarche longue de traitement, généralement incompatible avec les objectifs de développement des territoires. A cela s’ajoute la problématique d’importations de terres végétales à laquelle la Seine-Saint-Denis, comme beaucoup d’autres territoires, est aussi confrontée, pour reconstituer des sols urbains fonctionnels dans le cadre des projets urbains (ZAC*, NPNRU**, Parc des Hauteurs, espaces verts, etc.)


Géolocalisation et occurrences des anciens sites industriels médiatisés par les communes


Dès lors, quelles pratiques mettre en place en favorisant des démarches d’économie circulaire, accessibles aux associations et citoyen.nes, tout en prenant en compte l’histoire passée des sites ?


Formation du collectif IPAUP-93


C’est dans ce contexte que le projet IPAUP-93 est né. Il est le fruit de rencontres, de visites de terrain et d'échanges depuis plus de trois ans entre associations, scientifiques et collectivités autour d'un objectif commun qui est d’améliorer la connaissance des enjeux liés aux sols urbains et plus particulièrement ceux liés à l'agriculture urbaine sur des sols pollués en Seine-Saint-Denis.


Dans le même temps, la Fondation de France, Agropolis Fondation, la Fondation Daniel & Nina Carasso et la fondation Charles Léopold Mayer – FPH, renouvellent fin 2019 l'appel à projet « Co-Construire des connaissances pour une transition écologique et solidaire » qui s’adresse aux chercheurs et organisations de la société civile souhaitant s’engager ensemble dans un processus de co-construction de connaissances favorisant la transition écologique et solidaire. Le collectif IPAUP présente son projet et est retenu parmi les projets lauréats !


Le montage et l’animation du projet s’est fait par l’appui de notre association LAB3S Sols Savoirs Saveurs. Grâce à sa connaissance des besoins des acteurs du territoire de l’Est parisien, le LAB3S a pu mettre en réseau ces acteurs et les accompagner dans le montage d'un programme de recherche participative et la recherche de fonds. Le LAB3S est désormais chargé d’assurer l'animation du consortium, le suivi et la diffusion des activités.



Durée du projet : 42 mois. Démarrage : 1er juin 2020. Montant : 150 000 Euros.


*ZAC : une zone d'aménagement concerté ou ZAC est une opération d'aménagement qui résulte d'une initiative publique.

**NPNRU : le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU), lancé en 2014, est un vaste programme de transformation des quartiers, d’amélioration du cadre de vie et de promotion de la mixité sociale.